Nos Produits

La Couque de Dinant

La Couque de Dinant

Par son étymologie, le nom de couque parait être d’origine germanique, du néerlandais « KOEK » et de l’allemand « kuche ».

Dans le Hainaut, le mot « Coùke » désigne un petit pain d’épice. Cependant, la « coûtche »(dialecte local) se travaille différemment

Faute de preuves suffisantes, les différents auteurs d’ouvrages sur la couque de Dînant situe son origine dans la seconde moitié du XVe siècle à un moment tragique de l’histoire de la ville.

Ce serait au mois d’août 1466, lors du sac de la ville de Dinant par Charles le Téméraire, que les Dinantais, affamés, auraient pris ce qui leur restait sous la main, de la farine et du miel, pour préparer ce mélange astucieux cuit dans des formes de cuivre.

Plus vraisemblable, car le siège de Dinant par Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, n’a duré que huit jours, l’origine de la couque se rattache à la boulangerie romaine. Celle-ci serait un dérivé du « placenta » des latins : gâteau fait de farine de seigle, de miel, d’huile et de fromage de brebis.

Mais peut importe l’origine de cette couque elle est inimitable et se présente de deux façons :

  • La couque de Dinant faite de farine de froment (jadis d’épeautre), et de miel pur fondu (aujourd’hui le miel provient d’Amérique centrale)
  • Et la couque de «Rins », Cette couque est fabriquée de la même façon que la première mais, selon la rumeur locale, un ouvrier boulanger du nom de Mr Rins, fabriquant la pâte de couque aurait par mégarde, ajouté du sucre cristallisé. Malgré cette erreur de fabrication, le boulanger fît cuire ce mélange et le résultat fût une couque de Dinant plus sucrée et à la surface craquelée qui garda le nom de son inventeur fortuit.

 


La Mougneu

 

Les commentaires sont fermés.